L’ombudsman du Nouveau-Brunswick voit son mandat élargi

Le 1er juin 2014

Le 1er juin 2014, le mandat législatif de l’ombudsman du Nouveau-Brunswick s’est officiellement élargi pour inclure la surveillance des foyers de soins, des foyers de soins spéciaux, des services de soutien à domicile ainsi que des centres de placement communautaires agréés qui, par le biais du ministère du Développement social ou par un tiers dans le cadre d’un contrat, offrent des services sociaux à des personnes âgées de 65 ans ou plus ou à des adultes atteints d’une incapacité physique ou mentale.

Des mesures sont prises par le Bureau de l’ombudsman afin d’élaborer un plan stratégique pour mettre en place un mécanisme de réception et de gestion des plaintes qui devrait permettre à cette population vulnérable d’avoir accès à nos services le plus efficacement possible. Entre autres initiatives, une stratégie est en cours d’élaboration pour identifier et recruter des bénévoles régionaux, et veiller à leur formation, qui auraient la charge de recueillir des renseignements au cours de la phase initiale d’enquête.

Conformément à la Loi sur l’Ombudsman, le Bureau de l’ombudsman rappelle aux citoyennes et citoyens qu’il constitue une solution de dernier recours. Les clients potentiels sont avisés qu’ils doivent d’abord se prévaloir de tous les recours internes de révision et d’appel avant de porter plainte au Bureau de l’ombudsman.

Les nouvelles responsabilités de surveillance de l’ombudsman s’ajoutent à l’un des champs de compétences les plus larges au Canada, un champ qui comprend notamment tous les ministères provinciaux, les municipalités, les régies de la santé, les organismes de la Couronne ainsi que les commissions et les conseils provinciaux.